évolution bébé·Pensées de mummy·Vie quotidienne

Ces fois où tu aurais envie de t’exiler loin, très loin…

Ces derniers mois, j’en parle pas mal, nous nageons dans les eaux troubles du Terrible Two. On y patauge depuis ses 14 mois, elle vient d’en avoir 17 et ça ne va pas mieux, bien au contraire!

bloup

Certains jours, ça passerait presque inaperçu tant elle refuse peu et, surtout, sans réelle conviction. Ces jours, je les apprécie vraiment. Parce que les autres…

Et bien les autres, j’aurais envie de mettre la bienveillance et mon amour inconditionnel au placard et hurler plus fort qu’elle et partir très loin. Surtout quand je suis crevée. Genre comme en ce moment, où ma harpie ne dort guère plus de 9h par nuits, étant opérationnelle à 6h30. Rassurez-vous, je reste (dans un premier temps) bienveillante puis plus ferme si elle semble être totalement indifférente aux diverses options cool que je lui propose. Je n’ai en outre pas (encore) réservé d’aller simple pour les Bahamas.

Je suis héroïque. Si, si!

Les crises de pleurs hurlements de La Bête se multiplient comme les acariens sur une moquette épaisse. Un enfer acoustique et nerveux. Moi je voyais plutôt ça chez des enfants de 3 ans, déjà assez autonomes et affirmés pour envoyer paître leurs parents à tout bout de champ, quoi. Mais mon mini machin de 17 mois doit croire qu’elle a 3 ans car son attitude est très décalée de son apparence physique.

caprice.gif

Ci-dessus, exactement le type de crises de La Bête avec 15 cm de moins. Ah, et La Bête se met sur le ventre aussi, genre crêpe écrasée au sol.

La Bête refuse…Tout, en fait. Elle refuse d’être levée, d’être habillée, réclame à manger et refuse d’être nourrie après avoir refusé de mettre son bavoir et d’être prise dans les bras. La Bête veut sortir mais refuse de mettre ses chaussures. Elle réclame d’aller se promener et refuse de monter en voiture. Puis elle refusera d’en descendre, aussi. Elle refusera le jouet qu’elle demandait. Elle refusera qu’on lui remette sa barrette même si elle lutte contre ses cheveux qui lui barrent la vue. Elle refusera 9 changements de couches sur dix. Refusera d’aller se coucher avec les yeux brillants de sommeil.  Bref, c’est ça pendant 14 heures par jour.

Il existe trois niveaux de refus:

-le refus basique: son grognement mal aimable signifiant « non », détournement de la tête, volonté farouche de ne pas obtempérer.

-le refus prononcé: si elle est debout, elle se couche au sol, accompagnée de son grognement fétiche. Si c’est pendant le change, elle se met à plat ventre et/ou nous torpille de coups de pied acharnés. Et pleure, évidemment, parce qu’on lui interdit de nous faire mal.

-la crise: même chose que ci-dessus mais on y ajoute l’option hurlements de putois impossibles à calmer sur l’instant. Elle refuse tout contact, même simplement visuel. Elle s’arque-boute, se défend voire tape (alors qu’elle n’a jamais été tapée, JA-MAIS). C’est court mais très intense.

amazing.gif

Depuis hier soir, La Bête enclenche le mode crise pour un oui ou un non. Un crime de lèse-majesté comme un changement de couche, passons… Mais quand je lui renoue juste le nœud de son pantalon et qu’elle part en cacahuète, je suis légèrement désarçonnée, voyez-vous…

déprimée

Pourtant, sans déconner, on est vraiment des parents bienveillants.

-On essaie toujours d’abord de comprendre et nommer ce qu’elle ressent et disons aussi ce que ça nous fait. « Tu es fâchée mais maman est triste quand tu lui fais mal ».

-On l’avertit: « Ce n’est pas gentil de te retourner alors qu’il faut changer la couche. Tu pourrais te remettre bien? En plus, on ne pourra pas s’habiller pour sortir » puis « si tu ne te retournes pas, c’est maman qui va le faire et tu vas être fâchée et maman sera triste ».

-On lui offre des choix: « on s’habille assise ou debout? » « tu veux aller dehors ou jouer ici? », « on va au dodo ou on fait un dernier câlin? »

-On l’encourage: « quand tu auras bien mangé, maman sera contente et La Bête sera contente aussi! »

-Si elle fait quelque chose de travers, on dit et/ou montre comment elle aurait du faire.

-On ne crie jamais, ni ne levons la main. Après chaque crise, elle trouvera nos bras.

-On reste cependant fermes. Si malgré toutes les alternatives ci-dessus, elle reste bornée, on la contraint. Et ça part systématiquement en cacahuète, évidemment…

passe pas

Cependant, elle comprend clairement ce qu’on lui demande (puisqu’elle répond toujours avec cohérence) et les émotions qu’on exprime (on reste basiques: content, fâché, triste). Et cela ne l’empêche pas d’être très fréquemment dans une opposition farouche et ferme. A 17 mois, sa force de caractère me fait un peu peur, et douter, aussi…

La bienveillance me semble naturelle car pleine de bon sens. J’ai beau me sentir à bout, parfois souvent, je n’ai jamais l’idée de crier ou de frapper. Je déteste la contraindre, cela va contre ma nature profonde qui se veut douce. Cependant, certains jours, je me demande si la bienveillance détient vraiment des solutions efficaces quand je vois la tournure que prennent les choses. Certes, La Bête étant un bébé écouté et pris en compte, elle s’exprime. Mais pourquoi avec tant de violence? J’ai l’impression d’avoir enfanté une cocote-minute en surchauffe permanente et cela retentit sur toute notre petite famille qui vit sous pression.

café

D’autres fois, je me dis que c’est peut-être moi le problème. Que j’ai du louper quelque chose, quelque part… Manque-t-elle de quelque chose? Suis-je, malgré ma bonne volonté, un mère médiocre? Laxiste? Pas assez aimante? Trop nerveuse? (Aucune mention inutile n’est à rayer).

Ou alors est-elle seulement bel et bien une enfant hypersensible, comme elle semble le porter sur elle. Elle ne vivrait pas ses émotions à 200% mais à 400. Elle serait vite débordée par le monde qui l’entoure et lui donne tant à découvrir et n’a pas encore les mots pour le dire. Peut-être aussi qu’à vouloir si vite grandir, elle vivrait avec la frustration constante de ne pas pouvoir faire davantage seule? Dire davantage les choses? Bref, avoir un impact encore plus conséquent sur son quotidien… Ma fille ne serait, peut-être, finalement, qu’une enfant hypersensible qui n’a qu’un besoin, que ses parents serrent les dents en attendant que les mots viennent à son secours et que les années passent, lui ôtant cette impression d’être à l’étroit dans son petit corps…

baby raiponse

Publicités

24 commentaires sur “Ces fois où tu aurais envie de t’exiler loin, très loin…

  1. Pas évidente cette période… ils s’affirment, veulent devenir autonome… mais ne sont pas encore en capacité de pouvoir de faire totalement. En tant que Maman bienveillante également je me doute que ça ne doit pas être facile de rester zen et compréhensive! Je ne peux que t’envoyer plein de courage! 😙

    J'aime

  2. Plein de courage ❤
    Pilou1 était également un adepte pour se rouler par terre en hurlant et pour faire le poids mort 😉 Je te promets que cette période est depuis longtemps derrière nous. Il faut une bonne dose de patience au début puis lorsque ça dure un peu, une bonne capacité à faire totalement abstraction de la scène et patienter encore 😀

    J'aime

      1. Oui une seule crêpe hurleuse 😉
        Mais les autres ont leur petit truc aussi :
        Pilou2 : les larmes instantanées
        Pilou3 : mutisme et immobilisme. Ça ne fait pas de bruit mais ce n’est pas moins chiant !
        Pilou4 surprise ♡

        J'aime

      2. Ben après réflexion… l’attaque morsure serait peut-être son truc à lui. Mais ce n’est pas encore la véritable opposition C’est plus seulement lorsqu’il n’a pas ce qu’il veut… on n’y est pas encore 😉

        J'aime

  3. Ah!! Et sais tu pourquoi elle s’oppose? Ici c’est parce qu’il veut TOUT faire tout seul (aller chercher les yaourts tout en haut du frigo), se verser du lait, mettre ses habits mais à 2 à l’heure, ne pas tenir la main dans la rue…quelle indépendance ! Mais à 3 ans ça se gère mieux car il parle et à la capacité d’agir « seul ». Contrairement à ta poupette… bon courage, je ne sais pas s’il y a des solutions …est-ce la fatigue qui cause cela ou vraiment que la frustration ?

    J'aime

    1. Elle s’oppose n’importe quand pour n’importe quoi, dur de comprendre ce qui déclenche cela. Parfois, elle va même dire « non » sans qu’on ne lui ait parlé et partir en crise à en hurler… Tu vois le truc… -_-

      J'aime

  4. Les terrible twos ont été super sympa avec les jujus aussi … Mais à 2 ans et demi je pense qu’on en est sortis. On y est entrés assez tôt aussi. C’était exactement ça, je veux sortir, mais en body alors qu’il gèle dehors. Et si un des deux était frustré et commençait une crise de pleurs, l’autre faisait pareil.

    On a essayé la fermeté, la douceur. Le salut est venu de la parole. Dès qu’ils ont pu mettre des mots sur leurs émotions, ils ont pu se calmer.

    Mais punaise c’était long et hardcore cette période !

    J'aime

    1. Mon dieu, deux jumeaux comme La Bête, il y a de quoi perdre la boule! O-O J’attends l’explosion du langage comme le messie, alors. Mais j’ai le temps de voir venir… « Long et hardcore », c’est tellement ça!

      J'aime

  5. Je ne voudrais pas te paraître pessimiste mais si ta petite Bête a un décalage esprit-corps, avec une frustration et un sentiment d’être limité dans son corps, ça risque de continuer. Oui elle va grandir et pourra faire plus de choses. Mais entre temps elles aura envie de faire d’autres choses qui sur le moment lui seront difficiles / interdites/ impossibles.
    Pour les crises, as-tu essayé d’aller plus en détail dans ce qu’elle vit quand ça part en live ? Du genre « oh tu cries fort, et tu es toute rouge, tu dois vraiment être très très en colère. C’ Comme une grosse tempête dans ta tête et tu n’arrives plus à te calmer »

    J'aime

    1. Aïe, j’ai déjà pensé à ton hypothèse mais j’espère fort me tromper! Elle a toujours donné l’impression de vouloir faire beaucoup plus qu’elle ne le pouvait: elle se redressait pour s’asseoir peu de temps après sa naissance (en vain mais l’intention était claire), se mettait debout en tirant sur nos bras à 3 mois, etc… Elle a toujours eu ce vilain décalage donc je ne sais pas s’il est à lui seul responsable de ces tempêtes plus que récurrentes. Hélas, elle semble assez indifférente, quand elle est en crise, sur ce que j’exprime pour elle donc j’ignore si plus de précision serait d’un quelconque secours… 😦

      J'aime

      1. Bon, espérons que la parole l’aidera ! Ici il se calme. Il Fait toujours des crises (en ce moment son truc c’est de crier le plus fort possible à s’en casser la voix…) mais moins souvent. Une fois à 3 fois par semaine… Mais il maitrise très bien le langage depuis ses 18 mois, ça aide énormément je pense.
        C’est clair que ça peut poser question quand à la bienveillance… À mon avis, d’après ce que je lis sur ton blog, tu n’es pas laxiste puisque ses crises ne font pas qu’elle obtient ce qu’elle convoite.
        Pour l’expression des émotions, serait-il envisageable de faire un retour sur l’événement une fois la crise passée ?
        Est-ce que des livres sur les émotions pourraient vous être secourables (à lire quand elle n’est pas en crise ?… ici « le livre en colère » nous a aidé il y a quelques mois) ?.

        J'aime

      2. Ah, 3 crises par semaine, j’en rêve! Ici c’est de l’ordre de 3 à 5 par heure, je dirais. C’est épuisant. On commence à se demander si les dernières molaires ne seraient pas déjà en train de la chatouiller car en plus des crises, elle dort terriblement peu et son appétit est très fluctuant. Elle a souvent les doigts dans la bouche, ce qui n’est pas habituel chez elle…. Bref, ça ne doit pas aider si on ajoute la douleur à tout ça. Je garde ta piste de livre, ça peut être une très bonne idée! J’ai déjà tenté le retour après la crise voire même de le mimer avec une peluche ou une poupée mais ça la fait pleurer… 😦

        J'aime

  6. Bon courage. Je ne suis pas encore passé par là donc je ne saurais trop quoi te dire. J’imagine que c’est normal de douter dans des moments comme ceux là. Plein de bisous et je ne doute pas que ça finira par passer.

    J'aime

  7. Je ne peux que te souhaiter beaucoup de courage et surtout ne doute pas de toi.

    On est dans la même phase, honnêtement je suis au bord du craquage à chaque seconde j’ai envie de hurler plus fort que lui, à chaque « nooon », à chaque hurlement strident, à chaque coup de pied/main. Mais il faut tenir bon, la bienveillance n’est pas miraculeuse mais ça paiera un jour. Ici c’est renforce par le fait que papa doit faire bcp d’heures au boulot et en décalé , dont le week-end. Du coup je suis seule le soir. Et le samedi. C’est extrêmement épuisante de me battre avec moi même pour tenir bon sans pouvoir souffler 1minute. J’espère que ton chéri est plus présent que le mien et que vous pouvez vous relayez.. Enfin si c’est comme ici de toute façon il a un détecteur si je suis dans la maison je peux pas me planquer sans entendre hurler mamaaaan pour que je revienne.

    Je t’envoie plein de courage !!

    J'aime

  8. Courage pour cette période. Je te souhaite qu’elle s’apaise rapidement et en douceur. Je suis sure que tu retrouveras la Bête aimante et caline comme auparavant

    J'aime

  9. Bonjour, je me permets d’ajouter mon grain de sel, mais sait-on jamais, si ça peut vous être utile… Avez-vous essayé d’expliquer par anticipation (ex on va aller changer la couche et tu vas rester calme- ici ça fonctionne très bien.) Pareil pour lui permettre d’être plus autonome, je le change sur le lit, et il monte seul. Quand on doit s’habiller il a pour mission d’aller chercher ses chaussures- vestes etc et d’aller s’asseoir sur le canapé pour que je l’aide.
    Désolée si vous avez déjà tenté. Après effectivement, les enfants qui sont écoutés s’expriment 😊
    Bonne journée et patience à nous !

    J'aime

    1. En effet, ce sont des recettes appliquées depuis plusieurs mois: la préparer à tout « on finit ce qu’on fait et on va changer la couche », « encore deux tours de toboggan et on va devoir rentrer », etc… Je continue de le faire car cela me semble important mais ça n’a aucun impact sur les colères. Je l’autonomise le plus possible aussi, ça c’est vrai que ça fonctionne…Un peu! 😉 Merci en tout cas.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s