Oups, là on ne parle pas parentalité

12 vérités totalement inutiles sur moi

Ce n’est pas mon idée, je plaide coupable! J’ai lu cet article sur le blog d’Ainoha et moi et j’ai trouvé l’idée chouette! D’ailleurs, si ça en inspire d’autres… Alors je me lance à mon tour, sur ces 12 vérités inutiles mais amusantes sur La Mummy.

12.jpeg

– Je suis handicapée du repérage dans l’espace. Mais pas qu’un peu, hein, vraiment bien. On a du lourd, avec moi. Je ne serais pas étonnée d’être dys-quelque chose à ce stade! Tu veux me mettre en difficulté? Donne-moi un origami, même basique, à reproduire. Un sudoku sinon, même ceux avec 6 pauvres cases, t’inquiète, je suis fichue! Petite, je détestais les Kinder surprise. Déjà parce que je n’ai jamais été fan de chocolat mais en plus, j’étais bien incapable de monter toute seule le jouet. Je passe sur mes grands talents d’orientation, le GPS est mon meilleur ami!

– Avant de faire du théâtre, j’étais plus que timide. Là encore, c’était du lourd. J’étais l’élève qui s’assoit au fond de la classe pour être le plus loin du regard du prof. Celle qui se liquéfie sur sa chaise dès qu’on l’interroge. Celle qui ne dort plus pendant une semaine lorsqu’elle doit présenter un exposé. Celle qui, bien que polie, baragouine avec difficulté un « une baguette s’il-vous-plaît » au boulanger! J’avais mon groupe restreint de copines et étais bien incapable d’aller vers de nouveaux horizons! Ne parlons pas des garçons, j’étais trop impopulaire et mal dans ma peau! Puis j’ai fait 5 ans de théâtre et je suis devenue prof: celle qui se met en scène 9 mois par an devant 25 adolescents, juges les moins indulgents de la terre. Je reste sur la réserve mais ça n’a plus commune mesure avec ma jeunesse! Certaines amies de moins longue date me rient au nez lorsque je leur dis que j’étais super timide…

fille cachée

– Je hais le téléphone. Peut-être un reste de ma timidité maladive? Je n’en sais rien mais le fait est que les coups de fil à passer, c’est Chéri qui s’en charge. Sauf concernant La Bête, là je n’ai aucun problème. Je communique volontiers par messages, mails, en face à face mais l’oreille collée au téléphone, je deviens incapable d’avoir quelque chose d’intéressant à dire. Mes coups de fil les plus longs, avec mes parents probablement, durent guère plus de 10 minutes!

– Les phrases inachevées me rendent dingue. Les concombres rendent les chats dingues, les souris rendent les éléphants dingues, et bien moi, ce sont les phrases qu’on ne termine pas. Cela me perturbe pro-fon-dé-ment! Si je suis avec un proche, j’exprimerai sans scrupule ma frustration, peu importe ce qui est à l’origine de l’interruption! Quant aux autres, je bouillonne intérieurement pendant un long moment. Non, vraiment, les phrases interrompues ne devraient pas exister.

vener.gif

– Je suis phobique des mollusques. Vas-y, je t’en prie, marre-toi et reprends ta lecture après. Le jour où j’ai découvert que ma phobie-à-la-con avait un nom, j’ai été immensément soulagée: je ne suis pas la seule! Ainsi, je fais partie du club ultra select des malacophobes. Je m’en fiche des araignées, du noir, du vide, mais tu me mets une limace sous le nez et je défaillis! Si je croise une limace, un ver ou un escargot sur mon chemin, je m’en fiche de faire un détour démesuré, crois-moi! La période de fascination de La Bête pour les escargots fut…Anxiogène pour moi.

– Je suis atteinte de vitiligo. C’est une maladie de peau assez rare. Mon immunité pas fut-fut a décidé à mes quinze ans qu’il était carrément drôle d’attaquer mes cellules pigmentaires, vois-tu! Ainsi, j’arbore de divines taches blanches sur diverses parties du corps. Heureusement pour moi, 98% d’entre elles sont bien cachées sous mes vêtements. J’affirme être une vache inversée. Classe.

vache.jpg

– J’imite très bien Donald Duck. Faut bien mettre des trucs plus valorisants, non? Alors voilà, je suis une experte en imitation de Donald, depuis ma toute jeunesse. Je parle très clairement, et la langue que vous voulez en plus (enfin, j’ai essayé l’anglais, l’allemand, l’italien et le russe, en tout cas)! Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai enregistré des répondeurs pour des copains ou qu’on m’a suggéré le doublage. Maintenant, peu de gens connaissent mon petit talent, ça ne se cale pas très facilement dans une conversation…

– Je rêverais de vivre de l’écriture. J’écris beaucoup… Enfin, quand j’avais le temps, j’écrivais énormément. Lorsqu’on me lisait, c’était très apprécié. J’aurais adoré vivre de ma plume. Puis je suis devenue réaliste et ai opté pour le blogging comme loisir.

– Je ne corrige jamais mes copies en rouge. Sauf si je n’ai que ça dans ma trousse ou que je suis de très mauvais poil. Sinon, c’est un festival de couleurs!

-Je suis incapable de faire des patates sautées. Pourtant, je sais cuisiner des choses plus techniques comme les macarons, tu vois! Mais le basique des basiques que Chéri adore, de banales patates sautées, sont un vrai mystère pour moi. Je m’y suis frottée plusieurs fois (aux patates, voyons), échec sur échec. Ça crame et/ou ce n’est pas assez cuit et/ou ça devient de la purée. Bref, la loose.

merde 2

– Prendre un bain est une épreuve pour moi. Non, je ne suis pas une crado, hein! Je prends bien ma douche tous les jours, évidemment. Mais ces dix dernières années, j’ai dû prendre au maximum deux bains, l’un d’eux était le jour de la naissance de La Bête. Je n’aime pas le bain: on est mal installé, ce n’est pas pratique pour lire, la chaleur me donne des palpitations et des vertiges. Bref, mes moments cocooning sont bien plus profitables avec un bon livre qu’une baignoire pleine de mousse.

– Moins sportive que moi, y’a pas! Le sport et moi, ça a toujours fait dix mille. Je suis une calamité. Dès le collège, j’avais le droit au « a des difficultés mais persévère » à la rubrique EPS. Personne ne me choisissait dans son équipe, tu parles, le boulet de service! J’aime marcher, faire du vélo ou les trucs extrêmes qui ne te demandent pas une trop grande aptitude à mouvoir mon corps, genre le parapente, tu cours, tu t’assois, et tu admires. Ca c’est cool! Mais ne me parlez jamais d’un footing, hein! Au bout de deux mètres, j’ai le souffle et le faciès d’une vache en plein vêlage!

chute libre

Voilà, c’était les 12 vérités totalement inutiles sur moi. En espérant que ça vous ait plu ou, encore mieux, inspirées!

 

Publicités

13 commentaires sur “12 vérités totalement inutiles sur moi

  1. Haha je me suis régalée! Merci pour cette divine lecture du soir! On a un rêve commun on dirait… vivre de l’écriture…
    Et pour ta peur des limaces saches que l’une de mes amies a la même, et que j’éprouve un total respect pour cette phobie lol 😂😂

    J'aime

  2. Je me retrouve notamment sur la timidité, la haine du téléphone (vive les mails ! Vive Doctolib !)… et le rêve lié à l’écriture 😉 espérer en vivre serait utopique, mais je cultive quand même mes petits projets…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s