Non classé

Oui, ma fille retournera à l’école

A l’heure de l’annonce de reprise de la scolarité obligatoire (enfin, l’instruction l’est, pas l’école), les avis sont, comme toujours, divisés. Il y a les parents qui voient cette reprise, même tardive, d’un bon oeil et ceux qui restent angoissés à l’idée de remettre leur(s) enfant(s) à l’école, surtout si tard. Ne nous mentons pas, ce n’est pas parce que M.Macron a dit que c’était « obligatoire » qu’on est réellement forcé, hein. Pour deux semaines d’école, ils ne vont pas traquer les parents récalcitrants pour les jeter en prison. Il ne se passera sans nul doute pas grand chose si vous préférez garder vos enfants chez vous.

Comme toujours, mon objectif ici n’est aucunement de chercher à convaincre qui que ce soit que mon opinion est la bonne, j’estime que la seule bonne opinion est celle avec laquelle on est soi-même en accord et qui nuit le moins aux autres. Alors oui, le COVID est toujours là, oui, je suis une maman toujours aux prises avec le traumatisme d’avoir brutalement perdu un de ses enfants il y a seulement cinq mois et, pourtant, oui, je compte remettre La Tornade à l’école. En voici mes raisons.

L’importance de la sociabilisation

L’un des enjeux majeurs de l’école maternelle, à fortiori de la petite section, c’est l’apprentissage de la vie en communauté, la confrontation à autrui, aux règles qu’il faut alors intégrer pour côtoyer harmonieusement ses pairs. Les enfants issus de fratries ont déjà une petite longueur d’avance sur ce point-là, c’est à mes yeux indéniable. La Tornade, pour la pire des raisons, est désormais fille unique. Dans notre entourage proche, zéro enfant de son âge. Depuis le 13 mars, elle n’a vu aucun enfant de moins de 7 ans (elle a vu deux fillettes de 7 et 10 ans pendant une poignée de minutes ce dimanche, rien d’autre). Pour une enfant qui apprend la sociabilisation, côtoyer ses parents n’a rien à voir avec l’école. On ne peut lui apprendre concrètement la vie en communauté, notamment le respect des besoins de ses pairs et l’expression des siens. Ces choses-là ne s’apprennent pas par la théorie mais en les vivant. Nous sommes deux adultes, ses parents, qui faisons de fait passer ses besoins à elle avant les nôtres. Et en plus, on est tous en deuil, donc loin, malgré les apparences, de vivre normalement. Tant qu’à faire, La Tornade est du genre à très peu se mélanger à ses pairs. Elle est effacée, préfère passer les récréations auprès de sa maîtresse à discuter plutôt qu’à jouer avec les autres. Se mélanger, pour elle, c’est un véritable apprentissage. Quand le confinement nous est tombés dessus et s’est prolongé, j’ai franchement angoissé à l’idée que ma fille ne voie plus l’ombre d’un enfant de son âge pendant six mois. C’est une éternité à son échelle! Je savais que si cette hypothèse se réalisait, la reprise de septembre serait un véritable choc pour elle. Côté chocs, elle a déjà eu son compte. Alors voilà, si je peux lui offrir la possibilité de revoir ses camarades et vivre un semblant de vie communautaire pendant deux semaines, je la prends.

écoliers

Une vraie fin d’année scolaire

Je vois également en cette reprise tardive la possibilité de finir « proprement » l’année scolaire. La Tornade ne vit depuis janvier que des fins brutales. Son frère est là le matin, il ne réapparaitra plus jamais ensuite. Elle va à l’école le 13 mars, n’y retourne plus du tout ensuite. Elle voyait ses grands-parents régulièrement, plus rien ensuite… Bref, question repères, transitions, c’est une anarchie complète pour elle. Cela en plus du reste, elle a développé des attitudes qui témoignent de son anxiété: elle se mange les doigts, se ronge les ongles, est maussade… Alors si je peux lui donner la possibilité de finir correctement son année scolaire, c’est-à-dire en revoyant un peu ses camarades, en disant au revoir à sa maîtresse, en récupérant ses affaires, son cahier, je trouve cela important et sain, surtout avec ce qu’elle vit à côté. Je pense que les tout-petits ont réellement besoin de ces moments qui marquent la fin de quelque chose. Ils sont encore dans des repères fragiles pour tout, alors autant leur marquer ces passages correctement lorsqu’on a la possibilité de le faire.

Un peu d’air pour elle

Du 13 mars au 7 juin, La Tornade n’a vu personne d’autre que nous deux. Personne. Elle a passé quasiment trois mois avec deux parents endeuillés. On a fait de notre mieux, bien entendu. J’y ai laissé mon deuil le plus refoulé possible, je me suis rongée jusqu’à l’os afin qu’elle souffre le moins possible de ce confinement qui tombait au plus mal chez nous. Je l’ai occupée, j’ai joué avec elle, nous avons fait l’école à la maison, on a fabriqué des choses chouettes, elle n’a jamais été livrée à elle-même. Mais, au fil des semaines, il est évident que j’ai fatigué, beaucoup beaucoup. Un deuil d’une telle ampleur ne peut rester refoulé éternellement et les efforts que j’ai déployés pour le contenir si longtemps sont jugés par une professionnelle comme inhumains. Mais je l’ai fait. Cependant, ma petite hypersensible n’est pas dupe. La tristesse qui cogne derrière la porte, l’épuisement psychique, tout cela, elle le ressentait.

Au fil des semaines, elle est devenue plus maussade, triste même, lasse. Elle est devenue cassante avec nous, lunatique aussi. Quand ses grands-parents sont venus passer la fête des mères avec nous ce 7 juin, j’ai retrouvé ma petite fille lumineuse et heureuse de vivre. J’ai pu constater combien cet enfermement prolongé dans notre maison où l’absence de son frère, quoi que nous fassions, résonne dans chaque pièce, lui avait pesé. Cette semaine, elle passe 4 jours chez ses grands-parents, sans nous, à sa grande joie. Elle s’aère, elle voit d’autres visages, elle sort de nos murs. Ai-je envie de la ré-enfermer dès ce week-end alors que les écoles rouvrent à tous? Assurément pas. Si elle peut continuer, pendant deux semaines, de voir d’autres visages et faire d’autres choses, je veux qu’elle puisse le faire.

children-839789_640

Une idée de ce qui peut l’attendre en septembre

J’attends impatiemment le protocole sanitaire dans ma boîte mail professionnelle (même si je suis toujours en arrêt) et plains sincèrement les directeurs d’écoles et chefs d’établissements qui vont, une fois encore, devoir s’arracher les cheveux en un temps indécent de par sa brièveté. Je ne doute pas une seconde que certaines consignes sanitaires vont rester en vigueur encore un bon moment: une certaine distance en classe, une circulation échelonnée dans les couloirs, des roulements en récréation, etc. Pour des élèves si petits, je pense qu’une première confrontation à cet univers scolaire plus contraignant est nécessaire afin d’éviter le choc total à la rentrée de septembre où, ne nous mentons pas, cela risque d’être la même chose. Je sais que les petits ont de formidables capacités d’adaptation, mais si on peut les initier un peu dès à présent, cela me semble être une bonne chose à faire.

Et le COVID alors?

Cela fait des semaines que je regarde les courbes des pays qui ont ré-ouvert leurs écoles avant nous et aucun rebond n’est constaté, nulle part en Europe. Le délai d’incubation moyen du COVID est de 4-5 jours, avec des extrêmes entre 2 et 12 jours. Si contamination massive il devait y avoir, je pense sincèrement qu’elle se verrait donc déjà. Or, rien. Je ne fais pas partie des utopistes qui s’imaginent qu’on peut reprendre la vie comme avant, je sors à une fréquence très raisonnable, je porte mon masque partout, je me désinfecte les mains partout, je fais attention, quoi. Cependant, je ne suis pas non plus outrée que les écoles rouvrent, du moins pas en tant que mère d’élève, je suis plus indignée pour les enseignants et directeurs qui doivent à nouveau tout changer en peu de temps. Je pense que lorsque les indicateurs sont au vert, une courbe qui reste descendante depuis plus d’un mois de déconfinement, que les services de réanimation sont chaque jour un peu moins sous pression, au bout d’un moment, il faut bien passer certains caps, sinon on n’y arrivera jamais.

Pour exemple, la Finlande a fait retourner tous ses élèves à l’école dès le 14 mai et voici leur courbe actuelle de contaminations.

IMG-4327

Je le répète, je ne prétends pas avoir un avis que chacun devrait avoir ni détenir pléthore d’informations qui me permettraient d’avoir une opinion parfaitement limpide, qui le pourrait. Néanmoins, j’estime qu’actuellement, au vu de l’évolution du virus, remettre ma fille à l’école n’est pas délirant.

En somme

En somme, ici, on ne s’est pas questionnés très longtemps sur le retour ou non de La Tornade à l’école prochainement. Notre école ne pouvait l’accueillir jusque là, donnant ainsi la priorité aux enfants dont les deux parents travaillaient sans pouvoir télétravailler, ce que je comprends parfaitement, que ce soit en tant que précaution ou simplement par obligation pour être dans les clous d’un protocole sanitaire quasi millitaire. J’espère que l’Etat va donner aux écoles les moyens d’accueillir « tous » les élèves (en toute honnêteté, j’ignore le pourcentage de parents qui les y remettront) sans s’arracher les cheveux ni faire comme si le COVID n’avait plus lieu d’être pris en compte. J’attends de voir mais en tout cas, j’assume le fait que ma fille y retournera.

 

 

17 commentaires sur “Oui, ma fille retournera à l’école

  1. Vous êtes de toute façon les seuls à savoir ce qui est le mieux pour votre fille et personne n’a à critiquer. A Hambourg, les écrits du bac ont eu lieu fin avril et la reprise des cours s’est faite très progressivement dans le primaire et le secondaire et les crèches ont rouverts doucement. Il n’y a pas eu de seconde vague, ou plutôt, elle est davantage attendue en septembre-octobre.
    J’espère que votre fille sera contente de retourner à l’école et de pouvoir retrouver sa maîtresse et ses camarades. Bon courage à vous tous !

    J'aime

    1. Merci pour ton expérience. Dans tous les pays où l’école à reprise (en Europe), aucune vague. J’ai, comme vous, davantage de craintes pour l’automne où le climat et les frontières rouvertes seront un terrain favorable à une possible reprise du COVID mais j’espère me tromper! Je pense que La Tornade rechignera sur le coup mais sera finalement contente de retrouver un peu de normalité dans sa vie complètement sens dessus dessous.

      Aimé par 1 personne

  2. Chez nous, la grande est retournée en CP depuis le 11 mai. Tout s’est très bien passé, la mairie et l’école ont fait ce qu’il fallait. A partir du 2 juin, il y avait plus d’élèves, donc moins de jours, on est passé à 2j/semaine. Le petit a recommencé la crèche pour 2j/semaine depuis le 2 juin. Ils sont épanouis et ravis tous les 2. Je ne regrette pas un seul instant. Et surtout, je peux enfin repasser du temps de qualité avec mes enfants : je télétravail et et limite j’ai encore plus de boulot qu’avant, donc c’est difficile de ne pas être dispo pour eux et ils ne le vivaient pas trop bien. Maintenant je travaille la journée et quand je vais les chercher, je suis là pour eux. Tout le monde est beaucoup plus apaisé.
    J’imagine que pour vous non plus, rien n’a été simple alors que vous avez besoin de temps pour vous. Je pense que ces 2 semaines seront bénéfiques pour vous comme pour la Tornade.

    J'aime

    1. Merci pour ton expérience. Quelle réactivité de ton école! Ici, ça a toujours été service minimum, ils accueillent le moins possible! On n’est pas encore convaincus qu’ils prendront tous les élèves dès le 22, même s’ils sont supposés le faire…Tu as raison, se séparer un peu de ses enfants, c’est être plus disponible pour eux lorsqu’on les retrouve. Tout le monde y gagne.

      J'aime

  3. Ici nous sommes encore dans l’attente d’informations de la part de l’école. Une première communication laissait penser que ce serait compliqué d’accueillir 28 élèves en respectant le protocole sanitaire, certe allégé, mais toujours présent. Je ne me réjouis donc pas trop vite mais j’espère tout de même une petite reprise pour permettre à la Biscotte de dire au revoir à ses copains et à sa maitresse avant l’été. Je comprends tout à fait que tu souhaites ce retour pour la Tornade, ce serait un retour à un rythme « normal » que je trouve important pour les petites sections et je partage ton point de vue ! Et ces moments où elle sera à l’école pourront peut-être être aussi l’occasion pour toi de souffler un peu 💜

    J'aime

    1. J’espère que ta fille a pu reprendre, toute mesure de distanciation sociale étant désormais facultative en maternelle, j’imagine que oui… La Tornade, en tout cas, était ravie de reprendre le chemin de l’école!

      J'aime

  4. Je pense que cela fera beaucoup de bien à la Tornade de reprendre l’école, de changer d’air et de retrouver tout un petit monde qui a du lui manquer. Et ça vous fera du bien à vous aussi.
    Sans traverser ce que vous traversez nous avons aussi pris la décision de remettre notre Crapouille à l’école. On peut ressentir à son comportement que ce confinement été après, de voir nos têtes 24h/24h et 7j/7j lui pèse énormément.
    On a aussi peur que le lien social qui se construit à son âge soit vraiment impacté avec cet éloignement prolongé entre le confinement, le déconfinement où elle a été écartée de l’école et les vacances d’été qui arrivent.
    Effectivement, même 2 semaines lui feront sans doute beaucoup de bien. On n’oublie évidement pas que le risque de contracter le covid n’est pas nul mais comme tu le dis, les courbes sont plutôt encourageantes et il est certain qu’il va falloir se lancer dans un retour à la normale un jour ou l’autre…
    Chacun a ses raisons de remettre ses enfants à l’école ou pas et elles sont toutes valables 😉

    J'aime

  5. Comme tu le dis ta fille a vécu plusieurs chocs successifs, et elle a manifestement envie de passer du temps hors de chez elle. J’espère que ces deux semaines l’apaiseront même si elle aussi elle chemine…

    J'aime

  6. Comme je te disais, ici les garçons ont repris l’école à plein temps dès le 12 mai et ils se sont plutôt bien adapté… par contre, refais un petit point avec les personnes qui vont encadrer la Tornade, quelques phrases malheureuses et l’exclusion de son petit frère trois jours pour fièvre ont profondément bouleversé mon fils aînés 😢
    Empêtré dans leurs angoisses, certains adultes oublient que pour NOS enfants, la mort est TRÈS réelle et brutale 😣

    J'aime

  7. Je comprends totalement vos raisons de remettre la Tornade à l’école. J’espère que cela pourra se faire selon vos souhaits et dans les conditions les plus accueillantes possibles.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s